Accueil du site > JNEP > 2009 - Lorient > Discours d’ouverture Mme Le Boeuf Ordre des Infirmiers

Discours d’ouverture Mme Le Boeuf Ordre des Infirmiers

mercredi 3 juin 2009, par GreG

"Il n’était pas prévu pour moi d’ouvrir avec vous ce Congrès. Il me revient donc l’honneur, dans ce premier mandat ordinal qui vient de commencer, de tracer avec vous la route pour 2009, et un peu au-delà, « par tous les temps ».

Nous avons déjà beaucoup travaillé ensemble. Vous connaissez donc pour la plupart mes convictions et mes actions sur l’expertise infirmière et son développement nécessaire.

Soyez assurés que l’ONI, qui a pour mission d’assurer la promotion de la profession, servira notre vision partagée de l’avenir infirmier. Il est vrai qu’à peine né, notre Ordre suscite à la fois espoirs et craintes. Eh bien, à ceux qui espèrent de notre part un véritable leadership professionnel et un soutien concret, quand il le faut, dans leur exercice, je dis : comptez sur nous. Et à ceux qui craignent que l’Ordre devienne une bureaucratie de plus, dans un paysage institutionnel déjà bien encombré, je le promets également : ce ne sera pas le cas.

En effet, de quoi ont donc besoin les infirmiers (et, à travers eux, les patients) ? Est-ce d’un appareil administratif et disciplinaire, qui se bornerait à les enregistrer dans un répertoire, et à faire tomber de temps en temps une sanction sur un tel ou une telle ? Il le faut, sans doute, mais l’essentiel n’est pas là. Il s’agit de faire de l’Ordre un levier qui contribue, de façon décisive, à conforter la profession et son avenir.

En prenant appui sur quelles bases ? Sur les trois atouts exclusifs que l’Ordre a reçus de la loi :
- la représentativité démocratique tirée de l’élection de tous ses conseils
- le potentiel d’expertise très vaste qu’il réunit, étant issu de toutes les régions et toutes les formes d’exercice
- les missions officielles majeures que cette même loi lui confie.

L’Ordre souhaite jouer ce rôle stratégique en complémentarité avec les associations expertes comme la vôtre, chacun sur son terrain propre. L’UNAIBODE a en effet toute légitimité pour faire évoluer votre spécialité et vos expertises. C’est ce que vous faites avec beaucoup de volontarisme.

Mais l’évolution de nos exercices dépend, en dernière analyse, de la place et du rôle que les infirmiers pourront, globalement, s’assurer dans le système de santé. Cette place et ce rôle ne sont pas fixés une fois pour toutes : ils peuvent, soit régresser, soit s’élargir.

Régresser, dans un contexte d’économies draconiennes, en substituant aux infirmiers d’autres intervenants (par exemple des aides opératoires, des assistants de bloc opératoires). Ou, au contraire, dans ce même contexte d’économies et de compétition, notre place et notre rôle peuvent s’élargir à de nouvelles responsabilités. Mais il nous faut, pour cela, des compétences démontrées, et une vision prospective claire et déterminée. Ainsi, quelles pratiques avancées voulons-nous pour les IBODES ? C’est sur ce terrain fondamental de la valeur infirmière, de son image et de son potentiel, que l’Ordre doit investir, pour le devenir la profession dans son ensemble et de votre spécialité en particulier.

Il le pourra mieux que personne, avec les atouts ci-dessus. Les Autorités de santé et l’ensemble des Pouvoirs publics devront, si ce n’est déjà fait, lui reconnaître la légitimité qui est la sienne : une institution indépendante au service de la profession et de la qualité des soins. Il y faut une dernière condition : que les infirmiers eux-mêmes sachent se doter, à travers leur Ordre, des moyens justes nécessaires et suffisants : les moyens qui nous permettront de faire vivre notre démocratie interne, de produire des analyses et des propositions pertinentes, d’agir et de communiquer avec force.

Telles sont nos ambitions pour les premiers pas d’un Ordre en devenir. Il sera, dans notre pays, le plus vaste de tous ; et il ne sera pas le moindre : ni par les enjeux professionnels qui nous attendent, ni par la détermination que nous avons à les affronter, « par tous les temps ». Je vous remercie "

Dominique LE BOEUF, Présidente de l’Ordre National des Infirmiers

Répondre à cet article

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


Contact

Contacter l’UNAIBODE
16, Rue Daguerre Escalier F
75014 PARIS
Tél. 01 43 27 50 49

| | Plan du site | agenda | SPIP par alternat.net