Accueil du site > JNEP > 2009 - Lorient > Discours d’ouverture Aline Dequit AEEIBO

Discours d’ouverture Aline Dequit AEEIBO

mercredi 3 juin 2009, par GreG

"Madame QUILLET sous-directrice des ressources humaines du système de santé, représentante de Madame Podeur, directrice de la DHOS Madame EVIN, chargée de mission à l’ARH de Bretagne ; Monsieur METAIRIE, maire de Lorient ; Monsieur BENETEAU, directeur général du Centre hospitalier de Bretagne sud ; Madame LEBOEUF, Présidente de l’ordre des Infirmiers Monsieur BOILEAU, coordonnateur général des soins au centre hospitalier de Bretagne sud ; Christine, Présidente du Groupe Romand des infirmières de salle d‘opération (GRISOP) et représentante de l’EORNA, Charline, Présidente de l’UNAIBODE, Jean Paul, Président de l’Association des Infirmiers de bloc opératoire de Bretagne Mesdames, Messieurs,

Voici apparaître au centre de nos intérêts pour 3 jours, les 26èmes journées Nationales d’études et de perfectionnement de l’UNAIBODE dans cette belle région qu’est la Bretagne. Je suis très heureuse d’être parmi vous en tant que Présidente de l’Association des Enseignants et des Ecoles d’Infirmiers de Bloc Opératoire (AEEIBO).

L’AEEIBO et l’UNAIBODE, les écoles et les professionnels des blocs opératoires sont 2 associations complémentaires qui œuvrent à la reconnaissance du métier d’infirmiers de bloc opératoire. Elles travaillent pour défendre, suivre mais aussi anticiper l’évolution du métier et par là même l’évolution de la formation.

Cette année, le titre de ces journées « l’IBODE par tous les temps » me permet de faire place au Français et particulièrement à la conjugaison.

Il y a eu LE PASSE SIMPLE….. Plutôt « calme » avec la naissance du CAFISO (Certificat d’Aptitudes aux Fonctions d’Infirmiers de Salle d’Opération) il y a 38 ans le 21 MAI 1971. De part le titre, nous étions situés en salle d’opération et on parlait souvent de l’école d’instrumentiste ou de l’instrumentiste réduisant ainsi le métier à la seule fonction d’instrumentation. Concernant le décret des actes professionnels, il a fallu attendre 10 ans, le 12 mai 1981, pour apparaître dans l’article 5 : « les soins infirmiers comprennent la participation aux « techniques de bloc opératoire en qualité de panseur, d’aide ou d’instrumentiste ». Nous existons et les 3 rôles sont cités.

A l’âge de 21 ans, le 13 janvier 1992, nous devenons IBODE (Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d’Etat) avec la création d’un Diplôme d’Etat d’Infirmier de bloc opératoire. On note une évolution dans le titre avec une reconnaissance plus large des compétences puisqu’on se situe dans le bloc opératoire. Parallèlement, le décret du 15 mars 1993 précisait dans son article 6 qu’en présence d’un médecin « les activités au sein d’un bloc opératoire en tant que panseur, d’aide ou d’instrumentiste, sont exercées en priorité par un infirmier titulaire du DEIBO ». La notion de « en priorité » vient donner une assise à la reconnaissance de l’IBODE.

Les techniques chirurgicales, la technologie, les règles d’hygiène, la législation évoluant la formation devait être enrichie et les 500h théoriques devenaient beaucoup trop justes. A 30 ans, le 4 octobre 2001 le Ministère décrète un programme en 18 mois et des dispenses d’enseignements (VAE). 18 mois passant l’enseignement théorique à 930h pour permettre d’une part, de prendre en compte les évolutions mais d’autre part, de respecter la durée légale du travail de 35h/semaine. Simultanément, le décret du 11 février 2002, élargissait le champ des activités exercées en « priorité » par l’IBODE,  En péri opératoire, dans la gestion de l’environnement opératoire en lien avec la gestion des risques, hors présence du médecin ;  En per opératoire, en présence du médecin dans la gestion des interventions  Mais aussi au bloc opératoire et en secteurs associés.

Pour conclure avec ce PASSE plutôt calme, il y a eu quand même quelques avis de tempête avec cette notion d’exercice « en priorité » qui n’a jamais satisfait l’UNAIBODE et l’AEEIBO. Les 2 associations, ont œuvrées auprès des instances Ministérielles pour une évolution vers une exclusivité… évolution qui n’est, à ce jour, pas pris en compte.

Outre le PASSE, il y a eu un PASSE ou il a fallu « COMPOSE »….. Celui là, beaucoup plus orageux, celui des aides opératoires non infirmiers. La aussi l’UNAIBODE et l’AEEIBO se sont manifestées auprès du Ministère pour négocier et défendre la profession d’infirmière. Ensemble, elles ont réussies à limiter l’exercice de ce personnel au seul rôle d’aide instrumentiste, dans la (les) spécialité(s) présentée(s) et validée(s) par des épreuves de vérification et d’imposer une formation obligatoire de 91h en école d’IBO.

Mais après le PASSE, vient LE TEMPS PRESENT………pas vraiment calme mais plutôt incertain…… La ré ingénierie du Diplôme d’ Etat d’infirmiers de bloc opératoire avec la conception des référentiels d’activités, de compétences et de formation, les validations des acquis de l’expérience, l’intégration du DEIBO dans le système Licence Master Doctorat….. Beaucoup de travail d’écritures, beaucoup de travail de réflexions, …….. Des dossiers sur lesquelles l’UNAIBODE et l’AEEIBO ont travaillés et se sont fait entendre, mais qui ne sont à ce jour pas finalisés.

Aujourd’hui, nous sommes à un tournant de notre profession et il faut construire le FUTUR. Le métier va continuer à évoluer en tenant compte de la coopération entre professionnels de santé. La formation va changer pour suivre ces évolutions mais aussi pour s’intégrer dans le système LMD à un niveau MASTER. Le futur est proche, il va réclamer du travail, l’UNAIBODE et l’AEEIBO seront au rendez vous pour préparer ce futur………..que je souhaite très ensoleillé.

Revenons au PRESENT, ce congrès, reste un rendez vous annuel attendu par tous, une bouffée d’oxygène. Un rendez vous ou tous les professionnels de bloc opératoire peuvent s’informer, se former et échanger sur des problématiques communes. Profitez du temps présent, profitez de ces journées. Sachez, quand même, que toute cette œuvre qu’est l’UNAIBODE c’est le fruit du travail de chacun : o Des membres du bureau : Charline DEPPOOTER, Brigitte LOUVEL, Brigitte CROUZIL et Dany GAUDELET, o Des membres du CA National, o Des membres des CA Régionaux o Et aussi Des adhérents des associations régionales. Nous avons une grande chance d’avoir une association aussi dynamique.

Je conclurai avec un mot à l’attention de Jean Paul et de son comité d’organisation. Préparer des journées d’études représente un travail colossal d’organisation et de préparation. Il va falloir gérer votre stress et gérer l’imprévisible….mais vous êtes IBODE… donc pas de problème !!!! Vous serez épuisés vendredi après midi mais tellement heureux d’avoir apporté un souffle nouveau à tous les professionnels présents.

« Gwall vat kendalc’h-iou » ou plus simplement et plus facilement « très bon congrès ». Merci de m’avoir écouté."

Aline Dequit, Présidente AEEIBO

Répondre à cet article

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


Contact

Contacter l’UNAIBODE
16, Rue Daguerre Escalier F
75014 PARIS
Tél. 01 43 27 50 49

| | Plan du site | agenda | SPIP par alternat.net