Accueil du site > Régions > ARIBONE > ARCHIVES > JREP 2006 PEDIATRIE ET RADIO > XVII ème JREP ARIBONE

XVII ème JREP ARIBONE

2006 :XVII ème journée d’étude et de perfectionnement de l’ARIBONE

samedi 13 janvier 2007, par BOUDESOCQUE Christine

Retour sur la XVII ème JREP

Cette XVII ème journée d’étude a eu lieu le samedi 14 octobre 2006 à l’IRF de Reims. Le thème :"Chirurgie Pédiatrique et Radiologie Interventionnelle".

Des sujets interessants, à savoir :

- L’analgésie locorégionale pour la chirurgie du pied chez l’enfant : Les points essentiels de l’anesthésie ont été traité par un médecin anesthésiste pédiatrique (les blocs périphériques de conduction,le bloc sciatique au creux polplité ).Le matériel disponible est maintenant bien adapté à la pratique pédiatrique, et de nouvelles techniques de localisation nerveuse comme l’électrolocalisation percutanée et l’ultrasonographie offrent des perspectives intéressantes. Le concept de l’Analgésie Péri Nerveuse Continue postopératoire( ANPC) chez l’enfant à domicile sous la surveillance des parents est initié et développé depuis deux ans à l’Hôpital Américain de Reims. Elle représente une avancée majeure dans la gestion de la douleur post opératoire surtout en chirurgie orthopédique avec un retour précose à domicile.

- Le pied bot varus équin : relaté par un chirurgien pédiatrique. ...C’est une malformation congénitale du pied associant un varus de l’arrière pied, un équin de la cheville , une adduction et une supination de l’avant-pied. Elle peut-être bilatérale dans un cas sur deux.70% chez le petit garçon.Environ 2/1000 naissances. Les six premières semaines de vie sont primordiales, c’est une URGENCE thérapeutique. Le but est d’assouplir et de réaxer les articulations du pied et de la cheville. Le traitement est non chirurgical : la méthode est fonctionnelle par des séances de manipulations quotidiennes ou biquotidiennes faites par un kinésithérapeute (et les parents ),puis réduction progréssive par des plâtres successifs tous les 7 à 10 jours. Le traitement peut être chirurgical : de préférence avant l’âge de la marche chez le nourrisson.L’intervention consiste à une libération postéro-interne associant en fonction de la malformation ;une section de l’aponévrose plantaire, un allongement de l’adducteur de l’hallux, un allongement du JP,une ouverture et ré-axation des articulations astragalo-scaphoidienne et calcanéo-cuboidienne,un allongement du tendon d’achille, une ouverture de l’articulation sous-astragalienne postérieure. Chez l’enfant et l’adolescent, des gestions d’ostéotomie de l’articulation calcanéo-cuboidienne ou du calcanéum sont souvent associés à la libération des parties molles. Dans tous les cas, une immobilisation plâtrée post-opératoire est nécessaire. Le rôle de l’IBODE a complété cette prise en charge de l’enfant.

- Le canal artériel chez le prématuré : a été traité par un chirurgien pédiatrique ...en définissant le canal artériel comme un court vaisseau qui relie, pendant la vie utérine,l’aorte descendante et l’artère pulmonaire, ce qui permet à la circulation sanguine de court-circuiter les poumons. Il se ferme normalement dans les heures qui suivent la naissance.Sa persistance anormale est plus fréquente chez le prématuré que chez l’enfant à terme.Les symptomes sont ceux des shunts gauche-droite.L’échocardiographie permet de voir chez le nouveau né le canal artériel ,s’il est suffisamant gros. La ligature chirurgicale est indiquée dès le premier âge en cas de signes cliniques.La voie d’abord est une thoracotomie postéro-latérale gauche dans le 4ème espace inter costal . Le rôle de l’IBODE est différent selon que ce nouveau né peut être transporté ou pas au bloc opératoire . Ce sont le plus souvent des enfants de 600g à 1500g donc très fragiles, instables sur le plan ventilatoire et hémodynamique ,avec un risque vital élevé. L’intervention aura donc lieu dans le service de l’ l’URIP (Unité Réanimation Infantile Pédiatrique) . Les conditions d’intervention (avec le chariot d’urgence ) hors bloc opératoire ont été principalement relaté lors de cette XVII ème journée par l’ IBODE. Dans les autres cas, l’intervention est programmé au bloc opératoire.

- L’embolisation des fibromes utérins : un médecin radiologue nous a informé sur cette technique...Les fibromes peuvent être unique ou multiples, ils sont présents sur plus de 70% des pièces d’hystérectomie et surtout la femme entre 30 et 45 ans .Les facteurs prédisposants sont d’origine ethnique ++ (femme de race noire), la contraception orale et la surcharge pondérale. L’interêt de l’imagerie du fibrome utérin (échographie pelvienne, écho-doppler pelvien,IRM pelvienne, scanner pelvien) est de confirmer le diagnostique clinique, de préciser le nombre, la taille, la localisation des fibromes et surtout d’exclure une autre pathologie. Le traitement médical à ce jour ne permet pas une disparition complète des fibromes, il a un effet le plus souvent transitoire ,avec une réapparition des symptômes à l’arrêt du traitement.Il est indiqué en pré-opératoire (diminution de la taille des fibromes et de l’utérus, de la vascularisation et correction d’une anémie) et comme une alternative à la chirurgie. Le traitement chirurgical : le type de traitement dépend du type des fibromes(localisation,taille,nombre),des pathologies associées, de l’âge et le choix de la patiente. On distingue : un traitement conservateur avec une Myomectomie (laparotomie, coelioscopie, hystérectomie, voie vaginale) ou une Myolyse (encore peu pratiquée) et un traitement non conservateur avec une hystérectomie subtotale ou totale (voie abdominale, voie vaginale, coelioscopie). La première embolisation en France a eu lieu en 1989 par JJ Merland,radiologue et JH Ravina ,gynécologue. Les indications sont chez les patiente symptomatiques( les ménorragies,douleurs pelviennes, pesanteur,douleurs lombaires,pollakiurie) et la certitude diagnostique. Préparation de l’embolisation : sonde urinaire,voie veineuse,monitorage (ECG, PA et saturation en O2), préparation médicamenteuse(anxilotiques,ATB,antiémétiques,anti-inflammatoires,antalgiques) réalisée 30 à 60 mn avant l’embolisation. Technique : Abord unifémoral, introducteur artériel 4 ou 5 French,étude de l’artère hypogastrique controlatérale,cathéter type Cobra 4 ou 5 French, étude de l’artère hypogastrique homolatérale( embolisation), contrôle post-embolisation. Conclusion : Embolisation éfficace et sûre dans la prise en charge des fibromes utérins symptomatiques, alternative à l’hystérectomie et aux myomectomies multiples difficiles,peu de complications et de récidives,10 à 15% d’échec, nécéssité d’une évaluation pré thérapeutique rigoureuse avec le gynécologue.

- L’infirmière en service d’imagerie médicale : présentée par une IDE,où elle a une mission d’accueil , d’information et de préparation des patients bénéficiant d’un examen radiologique (contrôle des allergies,des résultats des bilans sanguins, de l’état clinique du patient) . L’IDE en service d’imagerie médicale est détachée principalement au scanner,où elle assure des soins techniques (pose de voie d’abord, sonde vésicale, sonde à oxygène, lavements...) , une surveillance clinique et elle est également référente pour l’utilisation du Méopa (mélange protoxyte azote ,oxygène) . Elle assure la continuité des soins au cours de l’examen (surveillance du traitement en cours,perfusions,injections continues,aspiration..) ,les transmissions orales et écrites . Elle prépare également le matériel , l’environnement nécessaires à l’équipe radilogique lors des examens invasifs (biopsies,ponctions,infiltrations...) et assiste le médecin radiologue. Elle est référente en hygiène au sein du service et membre du CLIN (elle assure le suivi et la traçabilité des contrôles microbiologiques de surface de la salle d’angio-coronarographie,la gestion de la pharmacie du scanner, du matériel spécifique aux actes thérapeutiques). Elle participe à la formation des élèves manipulateurs radiologiques aux soins paratechniques.

- La table ronde : réunissant la CEF et les membres du CA de l’UNAIBODE ont informé l’auditoire des dernières avancées 2006 de notre profession IBODE.

- L’ Assemblée Générale a rassemblé les adhérents de l’association pour le bilan moral et financier de l’année écoulée .

Le bilan de cette XVIIème JREP : 52 participants ont fait le déplacement, la satisfaction est générale. 30 questionnaires d’évaluation ont été remis à l’issue de la JREP:27 émanant du secteur public et 3 du secteur privé. Et sans oublier nos partenaires pour la réussite de cette journée,que sont les 7 laboratoires tous très présents et très disponibles. Un grand merci de la part du bureau et du CA de l’ARIBONE. Notre prochaine JREP en octobre 2007 aura lieu dans les Ardennes , la date et le lieu vous sera précisé ultérieurement. CB

Répondre à cet article

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


Contact

Contacter l’UNAIBODE
16, Rue Daguerre Escalier F
75014 PARIS
Tél. 01 43 27 50 49

| | Plan du site | agenda | SPIP par alternat.net