Accueil du site > UNAIBODE > Actualités > Archives (Actualités 2012/2013/2014 /2015) > Actualités 2013 > Février 2013 : où en sommes nous ?

Février 2013 : où en sommes nous ?

samedi 9 février 2013, par Brigitte Ludwig, Marie-Jo Ducloux

La 2ème réunion du groupe de travail sur des missions prescriptibles par les chirurgiens exclusivement aux Ibode, a eu lieu, un calendrier est fixé et les travaux sont bien engagés.

La demande de reconnaissance de la formation Ibode au niveau Master est maintenant en attente de la mission confiée par les deux Ministres aux inspections des affaires sociales et de l’éducation nationale et de la recherche (voir courrier des deux ministres à télécharger), l’Unaibode sera auditionnée et argumentera notre position.

Par contre, nous n’avons obtenu aucune avancée sur la demande de suppression de l’obligation de deux années d’exercice infirmier avant de présenter le concours d’entrée en école d’Ibo.

Les dates des concours approchent et nos jeunes collègues sont en attente de décision du ministère. Un communiqué de presse ci-joint, rappelle cette demande !

Votre positionnement est capital, appelez vos collègues, partenaires, connaissances, à signer le manifeste en ligne pour toujours davantage de soutien à nos demandes pour la qualité et la sécurité des soins grâce à l’augmentation du nombre d’Ibode dans les blocs opératoires.

Brigitte LUDWIG

Présidente UNAIBODE

Vos commentaires

  • Le 14 février 2013 à 13:39, par buisson En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    felicitation a l’equipe .diplomee de reims en 1985,fondation de l’association de l’aribol demission car aucun volet consacre a la defence de notre profession ne se cree ! .au bout de 30 an la reconnaissance de notre profession serait le plus cadeau de retraite ! tout mes encouragement et merci de tout votre travail .MBuisson
  • Le 24 février 2013 à 11:14, par Ramoucho En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Actuellement en formation IBO, la suppression des 2 années d’exercice est incompréhensible pour moi et plusieurs de mes camarades. En effet on nous demande souvent de faire appel à notre expérience pro. pour réaliser des travaux ou tous simplement réfléchir sur notre métier. Alors pourquoi la suppression de ses 2 ans ?
  • Le 24 février 2013 à 12:10, par Brigitte Ludwig En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Aujourd’hui, il n’est pas exigé d’avoir exercé ces deux années en bloc opératoire. Leur suppression permettra à de nombreux jeunes IDE dont le projet professionnel est d’être Ibode, d’accéder directement à la formation. Aujourd’hui de nombreux freins se posent à eux : défaut d’affectation selon leur choix, et surtout ensuite défaut de prise en charge par les employeurs.
    Par ailleurs, au sein des blocs, le turn-over est important, les nouveaux Ide souvent peu ou mal encadrés, leurs apprentissages ne sont pas construits et très dépendants de la chance d’être encadré ou non par des Ibode motivés et au clair sur les pratiques. Ceci signifie perte d’énergie et de temps...et manque de qualité parfois
    Ainsi, la suppression des deux ans est une des voies possibles pour sécuriser l’encadrement.
    Bien sûr que votre formation actuelle s’appuie sur votre expérience existante mais, pour des Ide sans expérience au bloc opératoire, les méthodes pédagogiques devront s’adapter et les écoles d’Ibo sauront le faire ...
    Brigitte LUDWIG Présidente UNAIBODE
  • Le 25 février 2013 à 14:41, par louvain En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Bonjour,

    je m’interroge sur la necessité des" missions prescriptibles exclusivement reservées aux ibodes".Est -ce une revendication afin de justifier le diplôme d’ibode ? De "flatter" l’ego des ibodes ?......Je ne remets pas en doute cette formation et votre demande pour une reconnaissance en master.Je suis tout a fait conscient des connaissances acquises et certainement necéssessaires au cours de cette formation,mais je perçois plutôt cette formation comme un complément et non pas un accés à des actes exclusifs.De mon experience sur le terrain, je ne vois pas et ne fais pas de difference entre une ibode et une ibo avec de l’experience,je juge les infirmiéres sans distinction leur travail et leur connaissance sur le terrain et les ibo ne sont pas moins ......... que les ibodes,chaque infirmiére suivant son cursus , ses compétences et ses motivations peut être apte à devenir une "experte bloc opératoire"diplômée ou pas.Un bon encadrement et de la volonté font aussi des ibo trés qualifiées voir même plus aptes que des ibodes.Je vais m’arrêter là pour cette interrogation car les foudres vont s’abattrent !!

  • Le 26 février 2013 à 08:33, par Brigitte Ludwig En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Le projet d’actes exclusivement prescriptibles aux Ibode n’enlève rien aux Ide qui exercent en bloc opératoire. Vous soulignez à juste titre la plus valu des Ibode et leur niveau master, cette plus valu a vocation à être mieux mise en valeur et permettre la mise en oeuvre de pratiques avancées Ibode. Par ailleurs la mise en place de la VAE permettra aux Ide motivées que vous citez en exemple d’accéder au diplôme Ibode de manière plus rapide.
    Brigitte LUDWIG
  • Le 15 mars 2013 à 14:08, par louvain En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    bonjour,
    merci pour votre réponse.je poursuis mon débat et mon interrogation,notamment maintenant sur la durée de la formation qui est actuellement de 18 mois. Je me demande si la durée n’est pas exageré,ainsi une formation de 6 a 8 mois serait largement suffisante. Je m’explique,pour une IDE qui est au bloc depuis 1 an a acquis un certain nombre de connaissance
    et de pratique.Une ibode dans le même bloc arriver en même temps,au bout des 1 an, voit -on une difference ? par experience la réponse est non .l’experience acquise sur le terrain est la meilleure des écoles.vous me direz qu’une connaissance theorique est quand même necessaire pour l’anatomie, certaine technique, le materiel... et c’est vrai,mais ça ne necessite pas 18 mois ; de plus par exemple une ide de bloc essentielement visceral fait la formation ibode,elle voit d’autre specialité apprends tout ce qu’on lui demande et retourne en tant qu’ IBODE dans son bloc visceral que fait elle des autres specialités ? même si admettons au bout de 2 ans elle change et va en orthopedie sera t-elle operationnelle tout de suite par ce qu’elle est IBODE !! et bien non !!! il faudra qu’elle soit doublée ,formée de nouveau ,car les techniques changent en fonction des chirurgiens ainsi que le materiel .....de même que dans un bloc pluridisciplinaire l’IBode qui se contente de faire 1 ou 2 specialites sera dans l’incapacité d’aller dans une autre . donc a chaque fois elle est au même niveau de competence que l IDE de bloc, voir même et surtout en dessous qu’une iDE de cette specialite ;
    voici donc ma nouvelle interrogation ,tout ce dont je parle est basé sur mon experience et de ce que j’ai vu et vois encore
    merci
  • Le 17 mars 2013 à 13:48, par ? En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Bonjour

    Votre vision de la formation et des compétences Ibode me semble réductrice. En effet, la formation Ibode apporte bien plus qu une formation sur le terrain. Elle apporte une methodologie de la gestion des risques et des prises en charge et dévelope le professionnalisme. Bien sûr que l expérience est importante et qu il faut se former tout au lobg de la vie mais une Ibode pourra s adapter beaucoup plus facilement aux évolutions et garantir la sécurité des patients.

    La Vae permettra de raccourcir les parcours des Ide expérimentées.

  • Le 18 mars 2013 à 11:01, par louvain En réponse à : Février 2013 : où en sommes nous ?

    Bonjour,

    Je ne remets pas en cause les competences qu’elles soient IBODE ou IDE.(je pose juste un doute sur l’adaptation plus aisée aux evolutions ainsi que l’augmentation du professionnalisme car c’est trés infirmiére dépendante !!!) Je voulais plutôt emmettre l’hypothèse que la durée de la formation était peut être un peu longue par rapport aux besoins d’apprentissages necessaires quels qu’ils soient.Une formation de type DU avec plusieures sessions sur une année me semblais suffisante et moins contraignante.De même que si l’on suit la logique de tout ce qui est avancé pour les IBODE, il faudrait de la même façon envisager des formations diplomantes pour les IDE des services de REA, la Dialyse, urgences....
    c’est aussi peut être une des raisons pour lesquelles il est difficile de justifier le niveau master ?
    merci pour votre échange.

Répondre à cet article

modération à priori

Attention, votre message n'apparaîtra qu'après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom


Contact

Contacter l’UNAIBODE
16, Rue Daguerre Escalier F
75014 PARIS
Tél. 01 43 27 50 49

| | Plan du site | agenda | SPIP par alternat.net